Document précédant © Min. Éducation Saskatchewan Programme vert Menu principal Programme d'études Document suivant


Chapitre 7
L'intervention



Introduction

L'intervention est une forme d'influence que nous exerçons sur les enfants. L'intervention ne se fait pas de n'importe quelle manière. Elle doit répondre à différentes caractéristiques51 . Elle consiste à stimuler, à soutenir et à confronter l'enfant afin qu'il enrichisse son expérience et développe ses talents et ses aptitudes. Par ses gestes et ses actions, l'éducatrice ou l'éducateur installe un climat de réceptivité et de respect mutuel qui est nécessaire à l'établissement d'une relation éducative authentique. Elle ou il met en valeur les réalisations des enfants pendant que ces derniers sont en action et auprès des parents lors des rencontres individuelles.

La communication non verbale52

La communication non verbale joue un très grand rôle lors d'une intervention disciplinaire ou autre type d'intervention auprès de l'enfant. Bien souvent, un seul regard suffit pour avertir un enfant. Voici les caractéristiques de la communication non verbale :

Le message « Je »53

Le message « Je » permet de communiquer à l'enfant l'effet que son comportement a envers l'éducatrice ou l'éducateur, ses sentiments, ses droits et envers l'exercice de son travail. Les enfants peuvent aussi appliquer cette méthode. Elle évite les phrases qui deviennent accusatrices comme : « Tu as encore fait… » Le message « Je » a les caractéristiques suivantes :

L'empathie

Elle consiste à communiquer à l'autre notre compréhension de ses expériences, de ses comportements et de ses sentiments à partir de son point de vue. On y découvre des sentiments et des significations enfouis dans la personne. L'empathie permet de rentrer dans le monde de l'enfant et des adultes (parents et autres intervenants). Il ne s'agit pas d'une intervention, mais plutôt d'une attitude.

On retrouve différents niveaux d'empathie54 .

Niveaux d'empathie

Définition

Exemples

L'invitation

Elle invite l'enfant à parler ouvertement. Elle peut être directe ou indirecte. - Bonjour ! Ça va ?
- Ça pourrait aller mieux !

La paraphrase

Il s'agit de l'exploration. C'est la reprise pure et simple des paroles de l'enfant (la réponse-écho). - Je me suis fait mal en tombant.
- Tu t'es fait mal en tombant ?

La reformation

Il s'agit de redire en ses propres mots ce que l'enfant vient d'exprimer. - J'ai perdu mon ourson.
- Tu étais au parc et en revenant tu n'avais plus Pichou ?

Le reflet

C'est essayer de faire ressortir les émotions et les sentiments que l'enfant vit dans cette situation (dimension affective de l'empathie). - Je ne suis pas capable de faire de la bicyclette.
- Essayer d'aller à bicyclette te fait peur ?

Le résumé

Il s'agit de redire en moins de mots ce qui a été dit jusqu'à maintenant (peut se faire plusieurs fois pendant la conversation). - Si je comprends bien ton histoire…

La focalisation

C'est se centrer sur un point précis que l'on juge important. - Le vrai problème serait-il que tu ne veux pas faire de la peine à José ?

La confrontation

C'est faire prendre conscience à l'enfant des éléments contradictoires entre les propos qu'il tient sur lui-même, les sentiments qu'il exprime et la façon dont il se comporte dans les faits. - Tu me dis que Jessica est ton amie, mais tu ne lui prêtes pas la poupée dans la maisonnette.


L'intervention directe55

Dans ce type d'intervention, l'éducatrice pose elle-même un geste (verbal ou non verbal), avec une intention précise, sans intermédiaire entre elle et l'enfant. On retrouve trois types d'intervention directe : l'intervention directe de confrontation, de stimulation et de soutien.

L'intervention directe de confrontation

Elle consiste à critiquer, juger, imposer une règle ou à avoir une attitude qui met l'enfant devant une réalité qui ne lui plaît pas, mais qu'il doit affronter.

Exemples : L'intervention directe de stimulation

Elle a pour but d'inciter l'enfant à explorer une nouvelle voie, à exploiter une idée, à essayer quelque chose de nouveau ou à exploiter de manière différente une situation habituelle.

Exemples :
L'intervention directe de soutien

Elle a pour but d'appuyer, de supporter ou de maintenir ce que l'enfant ou le groupe pense, ressent ou fait.

Exemples :
  • Encourager la spontanéité des enfants dans les jeux symboliques.
  • Écouter l'enfant, s'asseoir avec lui et lui accorder le temps dont il a besoin.
  • Laisser l'enfant décider ce qu'il entend faire de sa production.
  • Encourager et accepter les communications verbales et non verbales des enfants.
  • Reconnaître l'implication de l'enfant dans ce qu'il fait, quel que soit le résultat atteint.
  • S'abstenir de ridiculiser ou d'humilier un enfant.
  • Porter attention à l'un sans rejeter l'autre.
  • Aider l'enfant à exprimer ce qui l'intéresse, ce qu'il aime.
  • Encourager l'enfant à n'entrer en compétition qu'avec lui-même.
  • Éviter de juger un enfant ou ce qu'il fait : juger de façon appréciative et non évaluative.
  • Offrir de l'aide jusqu'à ce qu'il manifeste le désir de continuer seul.
  • Exprimer clairement les règles de vie, ce qui est attendu des enfants.

    L'intervention indirecte56

    L'intervention indirecte a aussi une très grande influence sur le comportement et le développement de l'enfant. Plusieurs moyens sont utilisés pour faire ce genre d'intervention.

    Exemples :

    Comment résoudre les conflits ?57

    Les enfants d'âge préscolaire n'ont pas encore tous les outils pour résoudre les conflits. Ils suivent leur instinct et sont souvent impulsifs devant une situation qui les dérange. Il revient à l'éducatrice ou l'éducateur de lui donner les outils afin de comprendre davantage les relations interpersonnelles. Voici une piste à donner aux enfants concernant la résolution de conflits. À la page suivante, vous trouverez la même démarche imagée. Il est important d'habileter les enfants à :

    q Identifier le problème :
    Bien cerner le problème pour qu'il soit clair pour l'enfant. Bien cibler les objectifs à atteindre.

    q Chercher les solutions possibles :
    Avec l'enfant, faire l'inventaire des ressources et des moyens à sa disposition pour régler le problème. L'aider à communiquer avec les autres pour trouver des solutions qui répondent aux besoins de chacun.

    q Choisir une solution :
    Parmi les solutions trouvées, aider les enfants à choisir celle qui est le plus susceptible d'être efficace.

    q Appliquer la solution :
    Prévoir le moment propice à la mise en place de la solution, le temps que l'on devra allouer à celle-ci et les étapes nécessaires à sa réalisation. Prévoir des façons d'encourager votre enfant et d'assurer un suivi.

    q Évaluer les résultats :
    Faire un retour et voir si la solution a fonctionné. Si le conflit demeure, il faudra trouver une autre solution et peut-être faire appel à une personne extérieure qui pourra proposer d'autres solutions.

    Document précédant © Min. Éducation Saskatchewan Programme vert Menu principal Programme d'études Document suivant