avant © Min. Éducation Saskatchewan Programme vert Menu principal Programme D'Études prochaine



Document d'information nº 1

Une pensée en passant : Aimer la Terre 1
Abbé Roger Ducharme


La vie des agriculteurs (ou des fermiers, comme on les appelle, par ici) n'est pas facile. Mais c'est une vie comme une autre. Et bien des citadins l'envient. Ce n'est pas un système, ni une doctrine, ni une philosophie, même s'il faut un peu et pas mal de tout cela pour réussir. C'est un style de vie, c'est un mode particulier de traiter les autres, la nature et tout ce que celle-ci contient. Le fermier ne peut donc pas être en marge de l'écologie - le mot du jour - ni en être indifférent. Quelques attitudes s'imposent :
  1. Découvrir le sens religieux de la nature, de la Terre en particulier. Cela peut sembler étrange. Pourtant elle est originellement l'Oeuvre de Dieu, un don à respecter et à faire fleurir. Ce n'est pas une masse à exploiter « au coton », assécher sans pitié, à sucer « à mort ». Retrouver les liens de respect et d'amitié qui relient nature-homme-Dieu, des liens familiaux, quoi!
  2. Voir le monde entier comme un superbe poème à explorer, à interpréter, à partager, à célébrer comme un hymne merveilleux au Dieu Créateur Providence qui l'a fait et tout ce qui l'habite pour le plein épanouissement de tout le monde sans exception.
  3. Comprendre que nous sommes unis à l'univers comme à une famille vivante, efficace, fondamentale. Tout ce qui nous touche, tout ce que nous touchons a des répercussions dans cette immense tente dont il faut respecter l'équilibre, v.g. trop de chats mangent les oiseaux qui ne mangent plus les maringouins qui nous dévorent.
  4. Éviter de polluer notre Mère la Terre, notre unique demeure : ses champs, forêts et prairies, mers et rivières, flore et faune. D'où opposition viscérale aux produits chimiques... avec autant d'ardeur que pour notre vraie famille humaine naturelle.
  5. Conjuguer les forces pour surmonter toute violence vis-à-vis la nature, les humains. Vu les violences physiques et psychologiques en tant de familles, cela ne semble pas si facile à faire.
  6. Pratiquer une éthique de frugalité (se satisfaire de ce qu'on a) plutôt que de céder à une consommation dévergondée où désir primaire ou allumé par la ruse des exploiteurs envoûtés.
  7. Écouter la nature - elle parle - comme une grand-maman affectueuse qui ne veut qu'un chose : une merveilleuse symphonie profonde, joyeuse, vitale, sans note discordante signée : Dieu-homme-nature. « Et Dieu vit que cela était très bon. »
  1. Abbé Roger Ducharme. - « Une pensée en passant : Aimer la Terre ». - L'Eau vive. - (23 mars 1995). - Coopération des publications fransaskoises. - P. 10

Feuille de travail nº 1

Aimer la Terre
  1. En général, quel paradigme de valeurs est évoqué par l'abbé Roger Ducharme, un Fransaskois, dans ce texte?

  2. Quel mode de vie est évoqué par M. Ducharme? Comment explique-t-il ce mode de vie?

  3. Quel est le rapport entre les croyances et valeurs évoquées dans ce texte et celles des Autochtones vis-à-vis de la Terre?

  4. Comment, dans le paragraphe 1, les propos de M. Ducharme vont-ils à l'encontre des principes de l'économie de marché que nous avons étudiée? Expliquer votre réponse.

  5. Selon vous, quel paradigme est le meilleur? Expliquer votre choix.

  6. Expliquer le paragraphe 2 en vos propres mots.

  7. Expliquer le paragraphe 3 en vos propres mots.

    1. D'après le paragraphe 4, est-ce vrai de dire que l'exploitation des ressources, dans le passé, a engendré la pollution de la Terre? Donner des exemples.

    2. Selon M. Ducharme, on devrait s'efforcer de protéger la Terre autant que quoi?

  8. Dans le paragraphe 5, avec quoi M. Ducharme compare-t-il notre façon de traiter la nature? Expliquer.

  9. Donner le sens des expressions suivantes :
    1. Dans le paragraphe 7, à quoi est comparée la nature?

    2. Qu'est-ce que la nature semble vouloir?

  10. En termes économiques, le niveau de vie est une mesure de la quantité et de la qualité des biens et services à la disposition des individus. Croyez-vous que M. Ducharme partage cette même définition? Expliquer.

  11. En termes économiques, la richesse est constituée de biens et de services issus de diverses combinaisons des ressources limitées. Selon vous, comment M. Ducharme comprend-il le terme de richesse?

  12. En termes économiques, les ressources sont représentées par ce qui est utilisé pour produire les biens et services (richesse) que désirent ou dont ont besoin les individus constituant la société. Selon M. Ducharme, qu'est-ce que nous devons faire avec les ressources de la Terre?

Feuille de travail nº 1 - réponses

Aimer la Terre
  1. La Terre et la nature sont presque sacrées. Elles doivent être choyées et respectées, mais pas exploitées sans limites. Les êtres humains doivent vivre en harmonie constante avec la nature.

    1. M. Ducharme évoque le mode de vie des agriculteurs.

    2. « C'est un style de vie, c'est un mode particulier de traiter les autres, la nature et tout ce que celle-ci contient. » Le fermier doit tenir compte de l'écosystème terrestre.

  2. La vision du monde de M. Ducharme et celle des Autochtones sont semblables. La Terre et la nature sont presque sacrées et doivent être partagées et respectées par les êtres humains. Tous les organismes vivants doivent vivre en harmonie avec la nature.

  3. En général, l'économie de marché suppose l'exploitation des ressources naturelles et humaines dans le but d'accumuler un certain montant de richesse. Malheureusement, dans certains cas, ceci se fait au dépens de l'environnement dont dépendent, toutes les formes de vies sur la Terre.

  4. Les réponses peuvent varier.

  5. La Terre est une planète merveilleuse où la nature et tous les organismes vivants doivent coexister en harmonie.

  6. C'est nous, en tant qu'êtres humains, qui sommes responsables de l'état de la Terre. Nous faisons partie de l'immense famille (le monde entier) qui vit dans cette immense tente (la Terre). Nous devons donc veiller à la protection de la Terre et de son écosystème.

    1. Malheureusement, l'exploitation des ressources a bien engendré la pollution. Les exemples peuvent varier.

    2. Nous devrions protéger la Terre autant que le bien-être de notre famille.

  7. M. Ducharme compare notre façon de traiter la nature avec la violence familiale d'aujourd'hui. Ces deux types de violence sont tous deux déplorables.

    1. Éthique de frugalité : on doit se contenter de ce qu'on a.
    2. Consommation dévergondée : une consommation avide et sans limites de produits et de services.
    3. Désir primaire...envoûtés : certains fabricants et vendeurs de produits et de services trompent les consommateurs en leur faisant croire que la consommation entraîne assurément leur bonheur et leur bien-être.

    1. La nature est comparée à une grand-maman qui souhaite le bonheur de sa famille.

    2. La nature veut vivre en harmonie avec les êtres humains de ce monde comme Dieu le créateur l'avait voulu.

  8. Non, M. Ducharme ne partage pas cette définition. Pour lui, le niveau de vie ne se mesure pas en termes de quantité de biens et de services à la disposition d'une personne, mais plutôt doit se mesurer en termes de joie de vivre naturelle et heureuse en harmonie avec l'écosystème terrestre.

  9. Pour M. Ducharme, la richesse a une connotation plutôt spirituelle que temporelle ou matérielle. Il semble dire que l'accumulation de choses matérielles n'est pas très importante. C'est plutôt l'état de l'esprit qui importe : un esprit détaché du matérialisme, lié étroitement et harmonieusement avec la Terre.

  10. On ne doit pas exploiter les ressources pour le profit ou la gourmandise. Ces ressources nous sont allouées pour répondre à nos besoins, mais pas nécessairement pour répondre à tous nos désirs. Ce que nous désirons n'est pas toujours essentiel alors que nos vrais besoins le sont. Les ressources sont limitées, l'écosystème terrestre est interdépendant et surtout fragile. Il faut respecter et préserver nos ressources naturelles afin d'assurer la survie de toutes les espèces - les êtres humains inclus.


avant © Min. Éducation Saskatchewan Programme vert Menu principal Programme D'Études prochaine