Doc. Précéd. Min. Éducation Saskatchewan Forum de discussion Programme vert
Menu Pricipal Menu prg. d'études Doc. Suivant

Notes et références

  1. Paul Robert.— Le petit Robert 1. — Paris : Le Robert, 1981. — P.115
  2. Comité historique de Saint-Brieux. — Historique de Saint-Brieux, 1904-1979. — Saint-Boniface : Avant-Garde/Graphiques, 1981. — P. 16
  3. « L'Association Franco-Canadienne de la Saskatchewan ». —Le Patriote de l'Ouest. —(30 janv. 1930)
  4. René-Marie Paiement. — « Es-tu Fransaskois? ». —L'Eau vive. —(12 sept. 1979)
  5. Ibid.
  6. Le Patriote de l'Ouest. —(16 mai 1912)
  7. Paul Robert. —Le Petit Robert 1. —P.115
  8. Richard Lapointe; Lucille Tessier. —Histoire des Franco-Canadiens de la Saskatchewan. —Regina : Société historique de la Saskatchewan, 1986. —P. 34
  9. René Rottiers. —Soixante-cinq années de luttes... Esquisse historique de l'oeuvre de l'ACFC. —Regina : Association culturelle franco-canadienne de la Saskatchewan, 1977. —P. 25
  10. Ibid., p. 28
  11. Ibid., p. 28
  12. Richard Lapointe ; Lucille Tessier. —Histoire des Franco-Canadiens de la Saskatchewan. —P.215
  13. Raymond Denis. —[Mes mémoires, Volume 1]. —Archives de la Saskatchewan. —P. 34
  14. Ibid., p. 40
  15. Richard Lapointe ; Lucille Tessier. —Histoire des Franco-Canadiens de la Saskatchewan. —P.219
  16. Ibid., p. 263
  17. Ibid., p. 269
  18. « Farm stats show need for solutions ». —Leader Post. —(8 juin 1992). —P. A7
  19. Laurier Gareau. —Le défi de la radio française en Saskatchewan. —, 1990. —P. xv

Bibliographie

Comité historique de Saint-Brieux. —Historique de Saint-Brieux, 1904-1979. —Saint-Boniface : Avant-Garde/Graphiques, 1981

Denis, Raymond. — [Mes mémoires, Volume 1]. — Archives de la Saskatchewan

Gareau, Laurier. — Le défi de la radio française en Saskatchewan. — Avant-propos de Richard Lapointe. —Regina : Société historique de la Saskatchewan, 1990

Lapointe, Richard ; Tessier, Lucille. —Histoire des Franco-Canadiens de la Saskatchewan. — Regina : Société historique de la Saskatchewan, 1986

Robert, Paul. — Le petit Robert 1. — Paris : Le Robert, 1981

Rottiers, René. — Soixante-cinq années de luttes... Esquisse historique de l'oeuvre de l'ACFC. — Regina : Association culturelle franco-canadienne de la Saskatchewan, 1977

« L'Association Franco-Canadienne de la Saskatchewan ». —Le Patriote de l'Ouest. —(30 janv. 1930)

Le Patriote de l'Ouest. —(16 mai 1912)

Paiement, René-Marie. —« Es-tu Fransaskois? ». —L'Eau vive. — (12 sept. 1979)

« Farm stats show need for solutions». — Leader Post. — (8 juin 1992). — P. A7

Feuille de l'élève

La perte des nôtres

  1. Quelles sont les raisons pour lesquelles les gens sont venus nombreux s'établir dans les Prairies de la Saskatchewan?
  2. Pourquoi, selon vous, est-ce que le clergé catholique du Québec n'encourageait pas l'émigration des Canadiens français?
  3. Dans notre région, la population d'origine française augmenta considérablement entre 1885 et 1930. De combien, en chiffres et en pourcentage?
  4. Pourquoi est-ce qu'aujourd'hui il n'y a plus que 10 000 francophones, environ, en Saskatchewan?
  5. Quels ont été ou quels sont les quatre grands facteurs d'assimilation?

    Étude et présentation de chacun des facteurs d'assimilation par quatre groupes.

  6. Que font les associations fransaskoises pour essayer de freiner l'assimilation?

 

Feuille de réponses

La perte des nôtres

  1. Quelles sont les raisons pour lesquelles les gens sont venus nombreux s'établir dans les Prairies de la Saskatchewan?
    Ils sont venus:
    • pour s'éloigner de la persécution religieuse, de la pauvreté et de la guerre (France, Belgique et Suisse);
    • parce qu'il n'y avait plus de bonnes terres agricoles au Québec;
    • parce qu'ils n'aimaient pas vivre dans les grandes villes industrialisées de la Nouvelle-Angleterre;
    • ou tout simplement parce que la Saskatchewan offrait une belle occasion à un jeune diplômé en droit ou en médecine ou à un jeune enseignant de s'installer.
  2. Pourquoi, selon vous, est-ce que le clergé catholique du Québec n'encourageait pas l'émigration des Canadiens français?
    Le clergé ne voulait pas perdre ses paroissiens, ses bonnes familles catholiques. Non seulement le nombre de fidèles allait diminuer, mais aussi les quêtes.

  3. Dans notre région, la population d'origine française augmenta considérablement entre 1885 et 1930. De combien, en chiffres et en pourcentage?
    La population est passée de 700 à plus de 50 000 personnes, soit une augmentation de 49 300 ou 7 042,85 %.

  4. Pourquoi est-ce qu'aujourd'hui il n'y a plus que 10 000 francophones, environ, en Saskatchewan?
    • l'abolition graduelle, au cours des années, des droits des francophones par la majorité anglophone, particulièrement en éducation;
    • le développement d'un sentiment anti-français chez les Anglais de la province qui ont pour slogan « Une langue, une école, un drapeau»;
    • l'assimilation galopante, en particulier depuis que les murs d'un certain isolement ont été brisés.
  5. Quels ont été ou quels sont les quatre grands facteurs d'assimilation?

    • la centralisation scolaire
    • l'urbanisation
    • l'exogamie
    • la télévision

    Étude et présentation de chacun des facteurs d'assimilation par quatre groupes.

  6. Que font les associations fransaskoises pour essayer de freiner l'assimilation?
    Elles
    • revendiquent l'établissement d'écoles fransaskoises;
    • demandent plus de services en français;
    • encouragent les Fransaskois à écouter la radio et la télévision françaises;
    • encouragent les gens à lire le journal l'Eau vive et d'autres publications de langue française;
    • encouragent les Fransaskois à demander des messes en français.

 

Document de l'élève

Les taux de transferts linguistiques 19

La mesure des transferts linguistiques permet d'évaluer la vitalité linguistique des communautés canadiennes-françaises en déterminant la proportion de population de langue maternelle française qui ne parle plus le français à la maison. Cette mesure des pertes correspond à des taux d'assimilation et indique des tendances globales.

L'ampleur des pertes subies au cours de la dernière décennie a posé encore plus explicitement la question de la survivance des communautés canadiennes-françaises dans certaines régions au pays.

Le tableau 2 montre les transferts linguistiques dans chacune des provinces. Dans l'ensemble, on constate que 36,7 % de la population qui a le français comme langue maternelle ne le parle plus que rarement. La situation, toutefois, varie beaucoup selon les provinces.

Sauf au Nouveau-Brunswick et au Québec, les taux de transferts linguistiques sont très élevés. Ces données montrent la difficulté de garder le français comme langue parlée, même à la maison où l'on suppose qu'elle devrait être le plus facile à conserver. L'ampleur des transferts linguistiques nous force à reconnaître qu'il faut rapidement élaborer des stratégies pour le maintien des effectifs actuels, la refrancisation et l'accueil des Néo-Canadiens de langue française.

Tableau 2 - Taux de transferts linguistiques (calculés selon la langue maternelle française unique, langue française d'usage unique, 1986) 18


* H-Q = Hors-Québec

18

 

Roger Bernard.— Le choc des nombres. — Fédération des jeunes Canadiens français, 1990. — Tableau 5.6
19

 

L'avenir devant nous. - Livre 4. - P. 29

Thème: Les études fransaskoises
Unité: Le changement
Activité 8: Les prises de décision à la lumière du changement

A. Objectifs spécifiques

Concept:

Connaissances:

  • savoir que le changement entraîne des prises de décision;
  • prendre conscience de l'importance de s'engager très jeune;
  • développer une vision d'avenir en tant que Fransaskois ou Fransaskoise.

Habiletés:

  • travailler en groupe;
  • formuler des hypothèses;
  • soutenir ses hypothèses par un raisonnement critique;
  • exprimer ses idées au sein d'un petit groupe et devant toute la classe;
  • formuler des questions et émettre des opinions;
Valeurs:
  • être fier d'être Fransaskois ou Fransaskoise;
  • se rendre compte que pour garder son identité, sa langue et sa culture, il faut avoir des convictions personnelles et une forte volonté.

B. Stratégies d'enseignement

« Quand quelque chose va mal, je préfère agir plutôt que de me plaindre » disait une jeune étudiante ontarienne qui a participé au forum mondial « Jeunesse 1992 » sur l'environnement. Demander aux étudiantes ce qu'elles pensent de cet énoncé. Est-ce une jeune fille qui se laisse « emporter par le courant » ou qui veut plutôt essayer de le guider? Faire comprendre aux élèves qu'à la lumière du changement, il y a des décisions à prendre. S'il y a des changements que nous croyons nocifs (p. ex. l'assimilation), il faut s'engager, il faut s'entendre sur un plan d'action susceptible d'amener les changements voulus. Écrire au tableau, les propos de la grande anthropologue américaine Margaret Mead qui disait: « Il ne faut jamais douter de la capacité d'un petit groupe de citoyens engagés et ingénieux à changer le monde. De fait, ce sont les seuls à y être parvenus. » Que pensent les élèves de ces propos? Peuvent-elles penser à des exemples de « citoyens engagés et ingénieux » qui ont réussi à changer quelque chose (à l'école? dans la communauté? ailleurs?). Les élèves doivent réaliser également qu'elles ne sont pas trop jeunes pour devenir des citoyennes canadiennes actives et engagées dès maintenant.

Diviser les élèves en groupes de trois ou quatre et demander à chacun des groupes de formuler une ou des hypothèses sur « Des Fransaskois et les Fransaskoises en l'an 2033 » et de les soutenir par un raisonnement critique. En d'autres termes, comment voient-elles l'avenir des Fransaskois et des Fransaskoises et quel rôle peuvent/doivent-elles y jouer? Utiliser la feuille de l'élève (Hypothèses, p. 201).

Les élèves peuvent formuler une hypothèse en répondant à l'une ou l'autre des questions suivantes: Les Fransaskois et Fransaskoises en l'an 2033, auront-ils une culture vivante et dynamique? Seront-ils plus nombreux qu'aujourd'hui, moins nombreux ou complètement assimilés? Quelles institutions auront-ils? Auront-ils plus de services en français? Y aura-t-il encore plus d'ouvertures pour eux dans le monde du travail? etc.

Terminer l'exercice en demandant à chacun des groupes de partager avec toute la classe leurs hypothèses, leur raisonnement ainsi que le rôle que les élèves peuvent ou sont appelés à jouer. Encourager les élèves à poser des questions et à émettre des opinions.

C. Notes explicatives

Il s'agit de faire comprendre aux élèves que, pour influencer le changement, il faut « agir », c'est-à-dire qu'il faut s'intégrer à l'action. Les élèves doivent apprendre à s'engager dès leur jeune âge, en partageant leurs talents et leurs habiletés, pour aider à améliorer leur qualité de vie et celle des autres.

En se donnant une vision d'avenir (Les Fransaskois et les Fransaskoises en l'an 2033), les élèves, qui formuleront des hypothèses, seront obligées de raisonner de façon critique et de penser au rôle que chacune est et sera appelée à jouer. Les élèves doivent réaliser que les Fransaskois et les Fransaskoises, comme tout autre peuple qui se valorise et qui veut survivre, doivent trouver les moyens de sauvegarder et propager leur langue et leur culture.

Cette activité fait appel, en particulier, à la créativité et au raisonnement critique (formuler des hypothèses, les soutenir, émettre des opinions), la communication (la discussion en groupe, les présentations devant toute la classe, etc.) et les capacités et valeurs personnelles et sociales (réaliser qu'il faut s'engager, qu'il faut avoir des convictions personnelles, qu'il est important de partager ses talents et ses habiletés).

D. Matériel requis

E. Suggestions d'évaluation

(formative)

(sommative)

F. Durée approximative


Feuille de l'élève

Hypothèses

Selon nous, les Fransaskois et les Fransaskoises en l'an 2033...


Thème: Les études fransaskoises
Unité: Le changement
Activité 9: Revue par les mots croisés (facultatif)

A. Sommaire de l'activité

Par l'entremise de mots croisés, les élèves font la révision des principaux concepts et des connaissances de cette unité.

B. Contenu

Voir feuilles de réponses.

C. Objectifs spécifiques

D. Étapes de l'activité

E. Suggestions d'évaluation

F. Durée approximative


Doc. Précéd. Min. Éducation Saskatchewan Forum de discussion Programme vert
Menu Pricipal Menu prg. d'études Doc. Suivant